DIE WINTER/Stéphane Winter

Édition GwinZegal
Couverture souple, jaquette américaine
96 pages en bichromie et couleur
Leporello de 12 pages et divers inserts
Format : 22 x 29 cm,
Prix : 30€
ISBN : 979-10-94060-14-8

 

Image précédenteImage suivante

Né à Busan, en Corée du Sud, de parents inconnus, Stéphane Winter se retrouve immergé malgré lui dans la vie d’un couple suisse presque ordinaire - dans un petit appartement de la banlieue de Lausanne. En journée, Robert Winter est mécanicien, Pierrette s’attelle aux travaux ménagers. Dans un huis clos à trois, les soirées du quotidien sont bercées par le ronron de la télévision autrichienne. On étudie aussi les caractéristiques de la dernière Opel, la prochaine voiture pour laquelle il faudra économiser patiemment. On s’ennuie un peu, et quand on s’est ennuyé suffisamment, on s’adonne à des jeux de rôles lors de séances photo improvisées. Le week-end, il faut visiter une tante en Suisse allemande ou se promener au col du Grand-Saint-Bernard. Dans ce paysage recomposé, Stéphane Winter semble parfois incarner malicieusement le personnage des années quatre-vingts Alf l’extra-terrestre. Dehors, les saisons se succèdent, la neige s’accumule sur le balcon, le parking et la résidence d’en face — identique. Les voitures ont laissé leur empreinte dans l’hiver. Du balcon, on peut observer l’autoroute voisine qui transperce le paysage ; quelques années plus tard, un tunnel anti-bruit — l’autoroute est toujours là... Dans cette banlieue de Lausanne, on est loin de la Suisse des montres et des billets de mille. Chez les Winter, c’est la Suisse plus discrète des jardins ouvriers et de la Migros. Stéphane Winter décrit ici, restreinte à quelques personnes, l'intimité d'un tout petit monde, qu'il photographie depuis qu'il a 14 ans et s'amuse avec un appareil photographique — il l’a fait sans l’ambition de l’exposer publiquement ou d’en faire quelque chose de prétendument sérieux. C’est sans doute de cette sincérité que ce travail tire toute sa force. Exposition « Die Winter », à la Galerie LAC au festival Images de Vevey.