RENCONTRE : CHAMPS-CONTRE CHAMPS / VIVRE AVEC LES BÊTES
LE MARDI 29 MAI À 20 H 30 AU THÉÂTRE DU CHAMP AU ROY À GUINGAMP.

L’exposition Vivre avec les bêtes explore la relation de longue date qu’entretiennent l’homme et l’animal – relation complexe et paradoxale – dans un monde où le destin des animaux est souvent lié aux activités humaines et à l’exploitation systématique qui en est faite. Le Centre d’art GwinZegal propose d’ouvrir cette reflexion sous la forme d’une soirée d’échange pluridisciplinaire entre scientifiques, artistes et éleveurs.

Valérie Chansigaud, historienne des sciences et de l’environnement, chercheuse associée au laboratoire SPHERE (Paris Diderot-CNRS), spécialiste de l’histoire des relations entre l’espèce humaine et la nature.

Carole Joliff, éleveuse de porcs sur la commune de Plougonver.

Pascal Beausse, commissaire de l’exposition Vivre avec les bêtes, directeur des collections photographiques et vidéo du Centre national des arts plastiques.

Mathurin Peschet, réalisateur de films documentaires, en particulier de Cousin comme cochon, qui interroge la relation de l’homme au cochon. Tour à tour choyé, sacralisé, rejeté, rationalisé, ce mammifère omnivore renvoie l’homme à ses propres travers depuis des millénaires.

Alain Squarnec, éleveur de bovins et de porcs sur la commune de Gurunhuel.

Entrée libre
Renseignements et inscriptions : info@gwinzegal.com ; tél. : 02 96 44 27 78

 

EXPOSITION : CHAMPS-CONTRE CHAMPS / VIVRE AVEC LES BÊTES
Du 31 marsau 27 mai 2018 / Vernissage le 30 mars à 18 h 30
ESPACE FRANÇOIS MITTERRAND


Comment s'établissent les conditions de coexistence des pâtres et des bêtes aujourd'hui ? Dans quel paysage ?

Avec des photographies et vidéos de Maria Thereza Alves, Malick Sidibé, Yang Zhenzhong, Marie-Noëlle Boutin, Jef Geys, Robert Milin et Eric Tabuchi.

À travers un choix d'œuvres photographiques et vidéographiques issues de la collection du Centre national des arts plastiques, cette exposition propose d'actualiser les représentations du monde rural en se concentrant sur les relations entre humains et non-humains, dans le cadre de l'exploitation agricole.

Si les êtres humains, animaux dotés de parole, répugnent à se penser comme partie intégrante de la nature, ceux d'entre eux qui travaillent aux côtés des bêtes, comme les appelle Elisabeth de Fontenay, grande défenseure de la condition animale, connaissent cette proximité.

Le commissariat est réalisé par Pascal Beausse, responsable de la collection photographie du Centre national des arts plastiques, et critique d’art.

Entrée libre
Du mercredi au dimanche : 15h-18h30 - Vendredi : 10h-12h et 15h-18h30
En dehors de ces horaires, des visites gratuites sont organisées pour les groupes en contactant au préalable le centre d'art GwinZegal. Tèl. 02 96 44 27 78 - mail : info@gwinzegal.com

Télécharger le dossier de presse et le dossier pédagogique

RENDU D'ATELIERS

CENTRE D'ART GWINZEGAL

L’équipe de GwinZegal a le plaisir de vous convier à l’ouverture des expositions liées aux ateliers d’expression photographique de ce début d'année :
- Bon Appétit ! Vernissage le mardi 22 mai à 12 h au Lycée La Closerie à Saint-Quay-Portrieux
- C312 Vernissage le jeudi 24 mai à 11 h 45 dans le grand hall du lycée Freyssinet à Saint-Brieuc
- IRL (In Real life) Vernissage le jeudi 24 mai à 12 h 15 au Collège Jean-Louis Hamon à Plouha
- Drôles de bêtes Vernissage le jeudi 24 mai à 17 h au Lycée de Kernelien à Plouisy
- Cartons pleins Vernissage le jeudi 24 mai à 17 h au Collège François Lorant à Moncontour
- IRL (In Real life) Vernissage le jeudi 24 mai à 12 h 15 au Collège Charles Brochen à Pontrieux

Le 6 juin, l'exposition Les yeux ouverts 2018 présentera une sélection des travaux réalisés lors des ateliers de l'année 2017/2018, au Studio GwinZegal.
Une rencontre visant à partager et à se questionner autour de problématiques liées à l'éducation à l'image sera organisée de 14 h à 16 h, en présence de nos partenaires.

Bon Appétit !
Vernissage le mardi 22 mai à 12 h au Lycée La Closerie à Saint-Quay-Portrieux

Les images présentées sont le résultat d’une rencontre entre les élèves de CAP du lycée hôtelier La Closerie et les artistes Cécile Hesse et Gaël Romier. Questionner, inventer, expérimenter notre rapport à la nourriture. Tel Frankenstein dans son laboratoire de recherche, nous avons, avec précision et originalité, inventé une nouvelle façon de se nourrir et de servir.
Le blé comme point commun, cuit ou cru.

Comment se nourrissent les singes nus*?

Les animaux sophistiqués que nous sommes ont inventé toutes sortes de rituels pour se nourrir, et nourrir les autres autour d’eux. Imaginons un monde où toutes ces règles et pratiques auraient été oubliées, où chacun inventerait, au jour le jour, de nouveaux gestes.
Au menu : du pain et du grain
Le blé est l’aliment de base dans cette partie du monde, depuis l’apparition de l’agriculture.
Cet aliment imprègne notre civilisation au point de dépasser la notion de nourriture, de devenir sacré :
«On ne joue pas avec la nourriture», n’est-ce pas ?
En s’essayant ensemble à la recherche artistique, nous avons questionné et bousculé pour inventer. Nous avons expérimenté des propositions dans un laboratoire d’images, cuit du pain dans une valise, cassé de la vaisselle, servi avec les pieds ou mangé sur une «table humaine». Voici les images issues de ces mises en scène.
Elles viennent d’un monde où le ciel est toujours bleu, un monde où tout va pour le mieux.

* «Le Singe nu» est le titre du livre de Desmond Morris, où il décrit notre espèce du point de vue d’un éthologue, c’est à dire avec le même regard que celui que l’on porte généralement aux autres animaux.

Avec le soutien de la DRAC Bretagne, de la Région Bretagne, du lycée hôtelier La Closerie et du Centre d’art GwinZegal.

 

C 312
Vernissage le jeudi 24 mai à 11 h 45 dans le grand hall du lycée Freyssinet à Saint-Brieuc

Les images présentées sont le fruit de la rencontre entre Pino Musi, photographe et une classe d’assistant architecte du lycée Eugène Freyssinet à Saint-Brieuc.

Pino Musi est un artiste italien spécialisé dans la photographie d’architecture et dont la démarche interroge l’agencement des espaces dans lesquels nous évoluons au quotidien.
Nous avons souhaité rapprocher cette démarche artistique avec les problématiques auxquelles les élèves de la section «assistants architectes» seront confrontés d’un point de vue professionnel, tout en y apportant un décalage inhérent à la création artistique.
La photographie et l’architecture ont en commun une conscience aiguë de l’espace, de la lumière et de la matière. L’une et l’autre soumettent avant tout un agencement de formes, de volumes, de reliefs, de pleins et de vides.
Pino Musi agit comme un metteur en scène, il compose. Son art oscille entre une rigueur inspirée par la photographie allemande et une dramaturgie qui lui vient de sa deuxième passion : le théâtre.
Les jeunes ont été invités dans son monde, ils ont porté un regard attentif sur les formes, la composition, les lumières de leur lycée qui pour eux est banal – presque effacé par le regard quotidien.
L’image n’est plus une simple reproduction elle devient une projection, de la réalité d’un lieu… On y a ajouté une intention, un geste.
Une fois le corpus d’images constitué, une deuxième architecture reste à construire, celle du livre – avec le même vocabulaire : le volume, la séquence, l’espace, les résonances, les respirations et ceci sans omettre de cette représentation le rôle de l’humain.

Ce projet a reçu le soutien du ministère de la Culture, Direction Régionale des affaires Culturelles de Bretagne, de la Région Bretagne, du Lycée Freyssinet de Saint Brieuc et du Centre d’Art GwinZegal.

IRL (In Real Life)
Vernissage le jeudi 24 mai à 12 h 15 au Collège Jean-Louis Hamon à Plouha
Vernissage le vendredi 8 juin à 13 h au Collège Charles Brochen à Pontrieux

Ces expositions sont le résultat d’un atelier réalisé par une classe du collège Jean-Louis Hamon de Plouha avec l’artiste Marion Balac.

Ce projet a eu pour objectif d’inviter deux classes de collège à questionner les enjeux liés aux réseaux sociaux. Peut-on se fier aux contenus publiés sur les pages internet ? Peut-on croire aux images ? Où se trouve la part du vrai, du vraisemblable et du faux dans cet univers dématérialisé ?

Marion Balac est une artiste dont le travail ne cesse d’interroger les limites des réseaux sociaux. Par la collecte de données et d’images, les sites internet deviennent à la fois outils et supports de création de fictions ou de performances.

Dans la continué du travail de l’artiste, Facebook a servi de dispositif permettant aux élèves d’écrire une histoire. En se ré-appropriant le site, l’artiste les a amené à se questionner sur l’interface qui allait définir les protagonistes. Comme les personnages d’un film, les élèves ont choisi l’acteur, sa manière d’être, sa biographie, ses habitudes, ses relations. L’histoire est construite à partir de l’interaction entre ces personnages via le réseau social. 

Ce projet induit une réflexion globale sur les réseaux sociaux, envisagés ici non seulement comme un seul espace de communication, mais aussi comme un laboratoire d’expression narratif et de construction d’identité.

Le projet a reçu le soutien du collège Jean- Louis Hamon de Plouha, du Centre d’art GwinZegal, de la direction régionale des Affaires culturelles de Bretagne et du conseil départemental des Côtes-d’Armor.

Drôles de bêtes 
Vernissage le jeudi 24 mai à 17 h au Lycée de Kernelien à Plouisy

Le lycée agricole de Kernilien a pour spécificité de posséder des animaux. C'est donc dans un cadre professionnel, au sein de l'établissement, que se construit le rapport homme-bête. Quelles sont relations induites par cette proximité quotidienne ? Ce rapport transparait en premier lieu à travers les espaces attribués aux animaux, en plein air ou en batterie.
Que racontent ces espaces sur la relation qu’entretient l’homme avec l’animal ? Comment notre rapport aux bêtes change-t-il en fonction du rôle qui leur est destiné ? Comment nous perçoivent-elles ? Quelle histoire raconte ce dialogue entre humains et non-humains?
La rencontre avec Marie Maurel de Maillé a orienté les élèves vers une approche narrative générée par la recherche d’une esthétique poétique et formelle. L’image est pour elle un outil d’écriture. La mise en scène, la composition des images, leur cadrage accentuent la dimension fantastique des images.
Les élèves de la classe STAV ont interrogé la relation qu’ils entretiennent quotidiennement avec les animaux de l’établissement. S’inspirant du travail de Marie Maurel de Maillé, loin d’une traduction littérale, ils ont imaginé des mises en scènes au centre équestre, dans les champs, auprès des vaches, des porcelets et des chevaux. « Drôles de bêtes » raconte cet échange entre homme et animal, échange fragile et incertain, nourri par une nécessité et une curiosité mutuelles.

Ce projet a reçu le soutien du ministère de la Culture, Direction Régionale des affaires Culturelles de Bretagne, de la Région Bretagne, du Lycée de Kernilien et du Centre d’Art GwinZegal.

 

Cartons Pleins
Vernissage le 28 mai à 17 h 30 au Collège François Lorant à Moncontour

Cette exposition parcourt le collège, arpente les couloirs et escaliers, réinvestit les salles de classes et en réinvente les volumes. Quelle place occupe l’individu dans cet espace fragmenté ? Quels rapports d’échelle, de temps, de distance s’établissent avec les usagers qui habitent et animent cette structure?

Le photographe Guillaume Martial, se confronte à la ville. Les lieux deviennent l’espace scénique où se joue un corps à corps avec l’architecture. L’artiste considère son personnage comme un outil pour créer des situations burlesques et sensibles qui racontent cette confrontation avec l’espace urbain, par un jeu à la fois formel et narratif.

Suivant la logique proposée par l’artiste, les élèves ont constitué une palette d’outils pour appréhender les volumes et les espaces de leur établissement. Ils ont ainsi superposé aux salles de classes, aux couloirs, de nouvelles architectures dessinées à l’aide de matériaux simples : rubalise, scotch, cartons. Ces installations furent le théâtre de mises en scènes pour défier la gravité, repousser les limites, se mesurer aux lieux et en prendre la mesure.
Ces dessins réorganisent les volumes. Ils sont les outils intermédiaires entre les espaces impalpables et notre propre corps. Ils deviennent une unité de mesure à notre échelle.
Les cartons, quant à eux, questionnent la perception d’une pièce par la contrainte physique et la métamorphose. Ce travail redéfinit l’espace en jouant sur nos moyens de perception : fragmentations, diminutions ou agrandissement du corps, privation ou multiplication ou contrainte des moyens de perception (mains, jambes…).
Ces deux approches sont l’aboutissement d’une véritable recherche plastique sur la notion de lieu. Elles apportent une lecture singulière des espaces et de leur organisation qui rythme et structure la vie de l’établissement.

Le projet a reçu le soutien du collège Collège François Lorant à Moncontour, du Centre d’art GwinZegal, de la direction régionale des Affaires culturelles de Bretagne et du conseil départemental des Côtes-d’Armor.

 

Les yeux ouverts
Rencontre le 6 juin à 14 h au Studio GwinZegal à Guingamp

Exposition des travaux réalisés dans le cadre des ateliers d’expression du Centre d’art GwinZegal
entre septembre 2017 et mai 2018.

Cette année, le Centre d’art GwinZegal a poursuivi son travail d’éducation à l’image à travers la mise en œuvre d’ateliers de pratique artistique. Nous souhaitons donner aux travaux réalisés un éclat particulier en les réunissant dans une exposition présentée au Studio GwinZegal du 6 juin au 15 juin 2018.

Une après-midi de rencontre entre enseignants, partenaires et participants aura lieu
le mercredi  6 juin de 14 h à 16 h.

Cette année nous avons travaillé avec : l’ école primaire Les Korrigans, à Pontrieux / l’ écoleSaint-Ilan, à Langueux / le lycée de Kernilien, à Plouisy / le collège François-Lorant, à Moncontour / le lycée Notre-Dame, à Guingamp / le lycée La Closerie, à Saint-Quay-Portrieux / le lycée Jean-Moulin, à Saint-Brieuc / le collège Jean-Louis-Hamon, à Plouha / le collège Charles-Brochen, à Pontrieux / le lycée Eugène-Freyssinet, à Saint-Brieuc / le lycée du Sacré-Cœur, à Saint-Brieuc / le collège Jules-Ferry, à Bourbriac / le collège Marie-José-Chombart-de-Lauwe, à Paimpol / le lycée Pommerit, à Pommerit-Jaudy / le service Jeunesse de Guingamp Paimpol Armor Argoat Agglomération / l’ école Sainte-Anne, à Saint-Brieuc.

Nous avons accueilli cette année, dans le cadre des visites scolaires des expositions présentées à l’espace François-Mitterrand à Guingamp, plus de 1700 élèves du département des Côtes-d’Armor.
GwinZegal remercie les participant(e)s, et toutes les personnes (enseignants, directeurs, animateurs, artistes…) qui ont rendu possible le bon déroulement de ces ateliers.

 

Image réalisée par une classe de seconde professionnelle "technicien menuisier agenceur" du lycée Eugène-Freyssinet.

 

Studio GwinZegal
3, rue Auguste-Pavie, 22200 Guingamp
Ouvert du lundi au vendredi, de 9 h à 17 h, excepté le mercredi.
Entrée libre.
Renseignements : info@gwinzegal.com ; tél. : 02 96 44 27 78.

CENTRE D'ART GWINZEGAL

 

RÉSIDENCE : Alexandra Catière/Le 1er rendez-vous aura lieu le samedi 21 avril à partir de 14 h dans le hall de la médiathèque de Guingamp.

Le Centre d’art GwinZegal invite Alexandra Catière, artiste photographe à venir poser son studio à Guingamp et aux alentours, afin de faire le portrait sensible de tou(te)s ceux et celles qui partagent ce territoire.

Alexandra Catière se propose de capter un moment de partage dans la pure tradition des studios photos. En noir et blanc, à la fois intemporel et universel, ce studio photo s’adresse à tous : en famille, entre amis ou en couple.

Le 1er rendez-vous aura lieu le samedi 21 avril à partir de 14 h
dans le hall de la médiathèque de Guingamp.

Soyez nombreux à venir, c’est libre et gratuit
Chaque personne recevra, à la fin de la résidence, un tirage de son portrait.
Pour ne pas attendre et rendre plus fuide l’après midi, il est préférable de prendre rendez-vous avec la photographe en téléphonant au 02 96 44 27 78 ou par mail : info@gwinzegal.com

 
 

REJOIGNEZ-NOUS !

Renouvelez dès à présent votre adhésion ou devenez nouvel adhérent !
(Adhésion valable du 1er janvier au 31 décembre 2018)

Adhérer c’est

- soutenir l’association et ses projets
- recevoir par courrier invitations et programme
- bénéficier de visites privées en compagnie des artistes exposés
- bénéficier du droit de vote en assemblée générale
- et aussi la possibilité de s’impliquer dans les projets, les groupes de réflexion et dans la vie de l’association.

Pour adhérer, il suffit de renvoyer le bulletin d’adhésion en cliquant ici, accompagné de votre règlement au Centre d’art GwinZegal, 3, rue Auguste-Pavie, 22200 Guingamp.

Gwinzegal bénéficie du soutien de la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne, de la Région Bretagne, du Conseil Départemantal des Côtes d'Armor et de la Ville de Guingamp.