EXPOSITION : VILLE DE CALAIS / HENK WILDSCHUT


VILLE DE CALAIS / HENK WILDSCHUT

30.09.2017 - 5.11.2017

EXPOSITION DU SAMEDI 30 SEPTEMBRE AU DIMANCHE 5 NOVEMBRE
VERNISSAGE LE VENDREDI 29 SEPTEMBRE, À 18H30
ESPACE FRANÇOIS-MITTERRAND, GUINGAMP

En plein cœur de l’Europe, un monde parallèle a existé pendant presque dix ans. Des réfugiés venant d’Afrique mais aussi du Moyen-Orient attendaient ici pour traverser la Manche et se rendre en Grande-Bretagne. C’est du persan jangal, signi ant « forêt », que le mot, simpli é par les médias, est devenu « jungle ». Henk Wildschut a réalisé depuis 2006 de nombreux voyages à Calais. Par un regard distancié, loin du sentimentalisme, il en tire un document unique, mêlant photographies et installations vidéo, analysant la manière dont le campement s’est organisé comme une petite ville, avec ses commerces, boulangeries, restaurants, lieux de culte, discothèques...

Ouvert du mercredi au dimanche, de 15h à 18h30, vendredi de 10h à 12h et de 15h à 18h30
Exposition réalisée avec le soutien de l’Ambassade du Royaume des Pays-Bas

Le livre Ville de Calais publié à l’occasion de l’exposition aux éditions GwinZegal a reçu le prix du livre d’auteur des Rencontres d’Arles 2017.


ÉVÉNEMENT EN LIEN AVEC L'EXPOSITION

conférence
Calais, ou la crise de l’hospitalité

19.10.2017

JEUDI 19 OCTOBRE À 20H30
THÉÂTRE DU CHAMP AU ROY, GUINGAMP

Damien Carême, Maire de Grande Synthe ville de l’agglomération de Dunkerque a
pris la décision, avec le soutien de Médecins Sans Frontière, d’ouvrir en 2016 sur son territoire le 1er lieu humanitaire en Europe. Il réclame aujourd’hui, la mise en place d’une véritable politique migratoire globale et la création de structures de transit sur l’ensemble du littoral de la mer du nord de Calais à Grande-Synthe a n d’accueillir provisoirement les réfugiés.

Utopia 56 est une association qui a géré le camp de Grande-Synthe au moment de sa création. Aujourd’hui, l’association est présente à Calais et à Paris, auprès des Centres d’accueil et d’orientation pour mobiliser et coordonner les bénévoles a n d’aider les réfugiés.

Michel Agier est anthropologue, directeur de recherche à l’Institut de recherche pour le développement et directeur d’études à l’école des hautes études en sciences sociales. Depuis 2000, ses enseignements, recherches et publications se sont orientés vers une anthropologie des déplacements et des logiques urbaines. Les enquêtes ont porté
sur les espaces de regroupement des personnes déplacées, réfugiées et exilées. Plus récemment, il s’est intéressé aux situations de transit, de passage ou de xation des migrants entre Afrique, Proche-Orient et Europe.

Edouard Courcelle de SOS Méditerranée est un marin pêcheur habitant à Pleubian. Il effectue des missions de sauvetage en mer de migrants au large des Côtes libyennes à bord de l’Aquarius. SOS Méditerranée a également pour mission de sensibiliser l’opinion publique et les décideurs sur la réalité de la migration.

À travers un débat croisé, ces quatre intervenants s’interrogeront et nous interrogeront sur les raisons qui poussent des centaines de milliers de personnes à se lancer sur les routes de l’exil, et sur les conditions humaines nécessaires pour les accueillir.

Table ronde co-organisée par le Théâtre du Champ au Roy, le centre d’Art GwinZegal, l’association Le Repaire, dans le cadre de l’exposition photographique «Ville de Calais» à l’espace François-Mitterrand à Guingamp.

Entrée libre
Renseignements : info@gwinzegal.com ; tél. : 02 96 44 27 78 ou 02 96 40 64 45

LIVRE : HENK WILDSCHUT - VILLE DE CALAIS

En plein cœur de l’Europe, un monde parallèle a existé pendant presque dix ans. Des réfugiés venant d’Afrique mais aussi du Moyen-Orient attendaient ici pour traverser la Manche et se rendre en Grande-Bretagne. C’est du persan jangal, signifiant « forêt », que le mot, simplifié par les médias, est devenu « jungle ». C’est une ville de 7 000 personnes qui s’est construite et qui a disparu.
Le photographe Henk Wildschut a documenté l’évolution de la situation à Calais depuis 2006 et il a été témoin de la transformation incroyablement rapide des petits camps en ville informelle à partir de 2015. Une ville avec des restaurants, des boulangeries, des mosquées, une église, des magasins et même des hammams. Henk Wildschut a photographié cette croissance de manière systématique. La ville a été démantelée fin octobre 2016. En 2011, en collaboration avec le graphiste Robin Uleman, Henk Wildschut a publié le livre Shelter, qui a obtenu de nombreux prix. Cet ouvrage accordait une place centrale aux abris provisoires que les réfugiés avaient construits dans les forêts de Calais. Ces cabanes étaient le symbole de la force individuelle et de la ténacité. Dans le livre Ville de Calais, il se tourne vers la puissance de la masse. Une masse capable de bâtir une ville et de montrer ainsi qu’elle ne peut plus être marginalisée.

 

 

250 photographies
Texte : Henk Wildschut
Design : Robin Uleman
21x28 cm
320 pages
ISBN : 979-10-94060-16-2
Avril 2017

Éditions GwinZegal
Prix : 55 €



Image précédenteImage suivante

 

Gwinzegal bénéficie du soutien de la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne, de la Région Bretagne, du Conseil Départemantal des Côtes d'Armor et de la Ville de Guingamp.