ÉDITION : ACRE/ PINO MUSI


59 photographies
Texte : Alexandre Quoi
Design : Claire Schvartz
24x32,5 cm.
112 pages
Reliure suisse / Swiss binding
ISBN : 979-10-94060-16-2
Mars 2017

Éditions GwinZegal
Prix : 35 €
Éditions limitée
: Il a été tiré de cet ouvrage quarante exemplaires de tête, accompagnés d’un tirage original numéroté et signé par l’auteur.

Quand Pino Musi entame, en avril 2016, une série photographique dans les Côtes-d’Armor, cette zone géographique est pour lui une terra incognita. À l’invitation du Centre d’art GwinZegal, le photographe italien, basé à Paris, allait trouver l’opportunité de conduire pour la première fois de sa carrière une campagne au long cours de plusieurs mois.

Plaçant l’architecture au cœur de sa pratique, Pino Musi a porté initialement son intérêt vers la structure des bâtiments agricoles et des corps de fermes, qui ponctuent le paysage de bocage d’une campagne tournée essentiellement vers l’élevage et la production laitière. Une telle attention pour les espaces a priori sans qualités d’une société rurale précaire, reculée à l’intérieur des terres, loin des grands centres urbains, distingue ce projet de cas précédents qui s’attachaient en priorité aux zones côtières plus touristiques de la région, à l’exemple de Suzanne Lafont dans le cadre de la Mission photographique de la DATAR, ou de Thibaut Cuisset, missionné entre 1994 et 1998 dans les Côtes-d’Armor par l’Observatoire photographique du paysage. La campagne d’exploration, menée sur une vaste étendue du centre de la Bretagne sillonnée en voiture, a vite révélé une certaine équivalence entre la typologie du bâti des fermes traditionnelles et celle des constructions sans âme de lotissements périurbains...

Exposition d'une partie des images au CAUE des Côtes d'armor du 18 mars au 14 avril 2017
CAUE 22 : 29 avenue des Promenades, St-Brieuc - tél.02 96 50 50 50 - caue22@wanadoo.fr

EXPOSITION : CHAMPS/CONTRE-CHAMPS 2017

Exposition
« Champs/Contre-champs » 2017

1.04 - 28.05

Du samedi 1er avril au dimanche 28 mai
Vernissage le vendredi 31 mars, à 18 h 30
Espace François-Mitterrand, Guingamp
Studio GwinZegal

Pour la sixième année consécutive, Champs/Contre-champs se propose d’explorer les représentations du monde rural par la photographie. Dans le contexte des profondes mutations du XXe siècle — la disparition de la civilisation paysanne, l’exode rural, l’accélération des moyens de communication et les progrès technologiques —, les contours du monde rural restent à redéfinir.

Les photographes exposés lors de cette édition se sont particulièrement intéressés aux répercussions de ces nouveaux usages sur les paysages et les aménagements architecturaux des campagnes. Pino Musi, photographe d’architecture italien, a photographié, lors d’une résidence dans les Côtes-d’Armor, l’étrange cohabitation entre l’habitat moderne, l’architecture vernaculaire et les bâtiments agricoles*. Rémy Artiges a suivi le chantier colossal de la construction d’une ligne de train à grande vitesse en parcourant à pied les 400 kilomètres du tracé, avant et après sa construction. Antoine Bruy, dans une enquête menée à travers toute l’Europe, est, quant à lui, parti à la rencontre de ceux qui ont sciemment décidé de tourner le dos à la modernité, ont choisi de construire leur habitation loin de la civilisation et tentent de vivre en autosuffisance, au plus près de la nature. Bernhard Fuchs, élève de la célèbre école de Düsseldorf, a photographié avec beaucoup de tendresse les fermes vouées à disparaître, aux alentours du village de son enfance, dans le nord de l’Autriche.

*La série ACRE fait l’objet de la publication d’un livre aux éditions GwinZegal


Image d'Antoine Bruy

Image de Pino Musi

Image de Bernhard Fuchs

 

Rencontres autour de l’exposition
« Champs / Contre-champs »

29.04

Samedi 29 avril, à 14h
Théâtre du Champ-au-Roy, Guingamp

Jean viard, directeur de recherche au CNRS au CEVIPOF (Centre de recherches politiques de Sciences Po).
Christophe Gauffeny, directeur du CAUE (Conseil d’Architecture d’Urbanisme et de l’Environneement ) des Côtes-d’Armor
Table ronde avec les artistes : Pino musi, Remy Artiges et Antoine Bruy
Alexandre Quoi, maître de conférences en Histoire de l’art contemporain, Aix-Marseille Université
Présentation du film Réponse au brouillard d’Olivier Strauss et de François Hebert

Entrée libre
Renseignements et inscriptions :
info@gwinzegal.com – tél. : 02 96 44 27 78
En partenariat avec le Pays de Guingamp

EXPOSITION : PROMESSE DE L'OUBLI
ALAIN BUJAK - CÉDRIC MICHEL


© Alain Bujak-Neutral Grey

 

PROMESSE DE L'OUBLI
exposition photographique et sonore
Alain Bujak - Cédric michel

Studio GwinZegal
du 8 au 25 mars 2017
ouvert du lundi au vendredi de 10h à 17h

Cette exposition est le résultat d’une résidence initiée en 2015 au Centre Hospitalier de Lanmeur et poursuivie en 2016 sur le territoire des Côtes-d’Armor. Elle interroge la vieillesse, à travers le regard et la sensibilité de deux auteurs, Alain Bujak, photographe et Cédric Michel, documentariste.

Regarder ces visages, entendre ces voix qui racontent, sont l’occasion de constituer et de partager une mémoire, et au delà, de se confronter à une réflexion oscillant sans cesse entre enjeux collectifs et questionnements individuels.

Ce projet a reçu le soutien de la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne, du Centre Hospitalier de Lanmeur et du Centre d’art GwinZegal.

 

ÉDITION : DIE WINTER / STÉPHANE WINTER

Édition GwinZegal Couverture souple, jaquette américaine
96 pages en bichromie et couleur
Leporello de 12 pages et divers inserts
Format : 22 x 29 cm,
Prix : 30€
ISBN : 979-10-94060-14-8
Né à Busan, en Corée du Sud, de parents inconnus, Stéphane Winter se retrouve immergé malgré lui dans la vie d’un couple suisse presque ordinaire - dans un petit appartement de la banlieue de Lausanne. En journée, Robert Winter est mécanicien, Pierrette s’attelle aux travaux ménagers. Dans un huis clos à trois, les soirées du quotidien sont bercées par le ronron de la télévision autrichienne. On étudie aussi les caractéristiques de la dernière Opel, la prochaine voiture pour laquelle il faudra économiser patiemment. On s’ennuie un peu, et quand on s’est ennuyé suffisamment, on s’adonne à des jeux de rôles lors de séances photo improvisées. Le week-end, il faut visiter une tante en Suisse allemande ou se promener au col du Grand-Saint-Bernard. Dans ce paysage recomposé, Stéphane Winter semble parfois incarner malicieusement le personnage des années quatre-vingts Alf l’extra-terrestre. Dehors, les saisons se succèdent, la neige s’accumule sur le balcon, le parking et la résidence d’en face — identique. Les voitures ont laissé leur empreinte dans l’hiver. Du balcon, on peut observer l’autoroute voisine qui transperce le paysage ; quelques années plus tard, un tunnel anti-bruit — l’autoroute est toujours là... Dans cette banlieue de Lausanne, on est loin de la Suisse des montres et des billets de mille. Chez les Winter, c’est la Suisse plus discrète des jardins ouvriers et de la Migros. Stéphane Winter décrit ici, restreinte à quelques personnes, l'intimité d'un tout petit monde, qu'il photographie depuis qu'il a 14 ans et s'amuse avec un appareil photographique — il l’a fait sans l’ambition de l’exposer publiquement ou d’en faire quelque chose de prétendument sérieux. C’est sans doute de cette sincérité que ce travail tire toute sa force. Exposition « Die Winter », à la Galerie LAC au festival Images de Vevey.
La Presse en parle

Le travail Die Winter a été exposé au festival Images 2016 à Vevey (Suisse), au festival Circulation(s), au 109 à Paris en 2017.

 

 

 

 
Gwinzegal bénéficie du soutien de la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne, de la Région Bretagne, du Conseil Départemantal des Côtes d'Armor et de la Ville de Guingamp.